Après le gouvernement d’intérêt national, le règlement intérieur d’intérêt partisan…?

On aurait pu croire qu’un semblant de normalité allait enfin reprendre ses droits en matière de politique tunisienne. Que les différentes composantes allaient se mettre au travail au sein de la constituante en cessant les déclarations précoces, en respectant les avis différents du leur, en faisant fi de l’esprit partisan caractéristique des campagnes électorales. C’est en tout cas ce que laissait penser la cérémonie des vœux au président de la république par intérim, Foued M’bazaa. L’ensemble de la nouvelle classe politique s’est rendu à la Présidence dans la bonne humeur et ouvert au dialogue, pour Ennahdha, Rached Ghannouchi, Hamadi Jebali et Zied Daoulatli. Pour Ettakatol, Mustapha Ben Jaafar, Khalil Zaouia et Lobna Jeribi. Pour le PDP, Maya Jeribi et Iyed Dahmani. Pour le CPR, Samir Ben Amor et Mohamed Abbou. Pour le PDM, Ahmed Brahim, Riadh Ben Fadhl et Selim Azzabi. Pour Al Moubadara, Kamel Morjane. Pour Afek Tounes, Mohamed Louzir.  Plusieurs personnalités avaient également répondu à l’invitation présidentielle, tels Yadh Ben Achour, Abdelfettah Mourou, Hamouda Ben Slama ou Mustapha Filali.

On aurait pu penser que chacun avait retenu la leçon des mauvaises communications annonçant les résultats des tractations avant même la première réunion des membres de l’Assemblée Nationale Constituante, que chacun avait enfin assimilé le bon déroulement du processus démocratique. Et bien non, alors que cette communion de façade à la Présidence nous laissait penser le contraire, trois partis considérant sans doute qu’ils pouvaient s’entendre au sein de la constituante en excluant d’avance l’avis des autres, du haut de leurs 138 sièges (Ennahdha 89, CPR 29 et Ettakatol 20), sont venus remettre les choses en question. Car comme dit dans un article précédent, les tractations sont normales en politique suite aux élections, le jeu des alliances étant indispensable dans l’exercice de la démocratie. Mais l’élection en question ici est différente des autres. En déclarant que Ennahdha, le CPR et Ettakatol avaient entamé une concertation sur les questions juridiques du règlement intérieur de la future constitution, Samir Ben Amor a confirmé que ces trois partis comptaient se passer de la discussion constructive avec l’opposition déclarée qui a refusé de rejoindre le gouvernement d’intérêt national. Il n’est pas question de gouvernement dans ce cas mais bien du fonctionnement de la constituante, le membre du CPR a d’ailleurs ajouté que trois commissions avaient d’ores et déjà été constituées : la commission de la législation qui veillera à l’élaboration d’une vision commune sur le règlement intérieur de la Constituante, la commission de la réforme politique qui aura à fixer les domaines de la réforme politique, et la commission des affaires économiques et sociales qui sera chargée d’identifier les mesures devant être prises par le nouveau gouvernement dès sa prise de fonction. Autant dire que l’esprit de la constituante est ainsi quelque peu dénaturé. L’annonce officielle de négociations concernant le règlement intérieur de la constituante signifie tout bonnement qu’on introduit l’intérêt partisan au sein de l’hémicycle de l’assemblée constituante. Comment trois partis politiques peuvent penser à une entente préalable leur permettant d’établir seuls le règlement intérieur alors que le principe de la constituante est justement d’éviter les clivages partisans en laissant les hommes s’exprimer au delà des partis.

Pour prendre une image appartenant au sport, lorsqu’on est à la fois arbitre et joueur, il y a nécessairement un conflit d’intérêt, être dans une telle position conduit irrémédiablement à désigner un vainqueur sans que le match soit joué, dans l’intérêt unique du vainqueur et en aucun cas dans l’intérêt du spectateur qui a adhéré à une équipe et qui se retrouve l’otage d’un arrangement… Il s’agit d’une forme d’arrogance, d’un doigt d’honneur à la démocratie, aux Tunisiens qui ont exprimé leur voix dans les urnes et aux 79 autres représentants de l’Assemblée Constituante qui ne seront que les spectateurs des décisions si d’aventure ils décidaient dans le règlement intérieur que les votes au sein de la constituante s’effectueraient à la majorité plus une voix. On ose espérer qu’ils ne prendront pas la Tunisie en otage en « pipant » les débats au sein de l’ANC, Moncef Marzouki lui même avait déclaré au lendemain de l’élection que le gouvernement provisoire et l’assemblée constituante étaient deux choses bien distinctes et que les accords au sein du gouvernement ne seraient pas les mêmes dans l’ANC. Un homme aussi intègre que lui saura, nous l’espérons, tenir sa parole.

source et crédit photographique de la1ere photo : Leaders

A propos observatoirepolitiquetunisien

L'Observatoire Politique Tunisien est une initiative individuelle privée, non affiliée à un parti, qui a pour objectif de sensibiliser les Tunisiens à la politique. Par des présentations, des analyses et des commentaires de l'actualité politique du pays, nous tenterons de fournir aux lecteurs quelques clés pour analyser et comprendre la communication politique des différentes composantes du paysage politique tunisien.
Cet article, publié dans Actualités, Polémiques et langues de bois, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Après le gouvernement d’intérêt national, le règlement intérieur d’intérêt partisan…?

  1. Ping : Ennahdha abandonne l’idée d’un régime parlementaire | Observatoire Politique Tunisien

  2. Ping : Semaine politique (critique) de l’OPT #3 | Observatoire Politique Tunisien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s