La politique ou l’art du compromis

Le fonctionnement démocratique occidental est trompeur et manque trop souvent de transparence. D’apparence égalitaire et pourvoyeur d’épanouissement, ce système s’avère pourtant être dans les faits, un vernis de liberté recouvrant une réalité pas si permissive ou noyautée par quelques hommes à la tête de conglomérats industriels. Afin d’échapper au modèle démocratique occidental désenchanté, il appartient à la Tunisie d’édifier son propre système démocratique.

Pour cela, le peuple tunisien doit comprendre le pouvoir qu’il a entre les mains dans un régime libre. Son droit de vote lui donne la possibilité de choisir qui le gouvernera et représentera ses intérêts et lui permettra de participer à la gestion et au développement de son lieu de vie. Car il faut bien comprendre qu’il existe deux enjeux en politique, un local et un national. Le vote local permet de choisir son quotidien, l’avenir de sa région ou de sa ville. Le vote national est un vote plus idéologique, qui nous permet de participer à un projet de société, à l’évolution des mœurs, à l’image que l’on souhaite donner de son pays à l’étranger. Il faut comprendre également que le droit de vote ne signifie pas accorder sa confiance sans retour possible, ce que nous accordons par le vote, nous pouvons le reprendre à l’échéance électorale suivante.

Pour le cas présent, la Tunisie est confrontée à un premier suffrage pour élire son assemblée constituante, il ne s’agira pas de choisir une figure gagnante, un parti ou une constitution déjà écrite mais une orientation, un projet non définitif susceptible d’évoluer mais qui correspond à nos attentes, à nos ambitions pour l’avenir. Ce que bon nombre de Tunisiens ne semblent pas comprendre, c’est que le parti qui aura une majorité de sièges à l’assemblée constituante ne sera pas un parti qui imposera son programme. Certes, son poids sera plus grand mais il devra nécessairement composer avec les autres partis ou indépendants siégeant au sein de l’assemblée. Pour faire adopter des décisions, il faudra dégager des majorités, parfois elles sont naturelles comme lorsqu’il s’agit de lutter contre les extrémismes, mais souvent elles sont le fruit d’alliances.

Le vainqueur devra forcément édulcorer et modifier ses positions, son programme car il n’y a pas de place pour l’individualisme, pour l’esprit partisan puisqu’il s’agit d’élections particulières. Il ne s’agit pas de désigner un président ou un vainqueur, juste de voter pour ceux que nous pensons les plus à même de rédiger la future constitution pour nous et pour nos enfants. L’apport des indépendants, pour ces élections, est donc essentiel pour servir de garde-fou citoyen, tout comme celui des partis qui s’inscrivent dans la durée par des propositions idéologiques…

Impossible alors d’imaginer que l’obscurantisme triomphe, que l’intolérance prédomine, les partis progressistes pourront toujours s’unir si les acquis des Tunisiens sont mis en danger, afin de former une majorité de blocage. Tant qu’un consensus ne sera pas dégagé, aucun article ne pourra être adopté, il n’y a donc aucune raison de tomber dans la sinistrose de la démocratie occidentale. Le nouveau système politique tunisien à soif de dignité, d’équité, de liberté et de transparence, il ne permettra pas la compromission du pays.

Néanmoins, pour s’assurer de la préservation de nos acquis, il est important de voter pour des candidats progressistes au sein de la constituante, il n’y a qu’une chose à faire, militer, parler autour de nous des enjeux de l’élection et surtout voter.

Les élus devront ainsi s’entendre pour qu’une majorité se dégage dans l’intérêt des Tunisiens. Le consensus ne se situant jamais dans les extrêmes, mais bien au centre entre les idéologies s’entrechoquant, il ne faut pas avoir peur de l’avenir car la politique est un art, celui du compromis.

A propos observatoirepolitiquetunisien

L'Observatoire Politique Tunisien est une initiative individuelle privée, non affiliée à un parti, qui a pour objectif de sensibiliser les Tunisiens à la politique. Par des présentations, des analyses et des commentaires de l'actualité politique du pays, nous tenterons de fournir aux lecteurs quelques clés pour analyser et comprendre la communication politique des différentes composantes du paysage politique tunisien.
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s